Le gouvernement fédéral a déposé son budget 2019 le 19 mars dernier, et celui-ci comporte certaines mesures intéressantes pour les étudiantes et les étudiants de la formation continue et du milieu universitaire en général.

D’une part, le gouvernement Trudeau annonce la création de l’Allocation canadienne pour la formation. Celle-ci comporte un ensemble d’incitatifs pour faciliter les retours aux études ou le perfectionnement des compétences. Cette allocation prendra notamment la forme d’un Crédit canadien à la formation cumulable de 250 $ par année pour les travailleurs et travailleuses du Canada âgés de 25 à 64 ans. Ce crédit d’impôt remboursable servira exclusivement à rembourser jusqu’à 50% des frais d’inscriptions d’un programme de formation dispensé par les établissements d’enseignement reconnu par le gouvernement canadien.

En parallèle, le gouvernement canadien prévoit également la création d’une Prestation d’assurance-emploi de soutien à la formation, qui vise à compenser financièrement les travailleurs et travailleuses qui doivent interrompre temporairement leur emploi pour poursuivre une formation. Concrètement, cette prestation permettra à un travailleur ou à une travailleuse de toucher à 55% de ses gains hebdomadaires moyens sur une période maximale de quatre semaines durant laquelle elle suit une formation. Le gouvernement entend également prendre des dispositions conséquentes sur les congés pour que les bénéficiaires d’une telle prestation puissent s’absenter de leur travail sans risquer de perdre leur emploi. La création de l’Allocation canadienne pour la formation représente des investissements totaux de 1,7 milliards $ sur cinq ans, effective dès l’année 2019-2020.

D’autre part, le gouvernement canadien a annoncé des bonifications aux bourses d’études pour les cycles supérieurs qu’octroient les organismes subventionnaires fédéraux.  Le budget 2019 prévoit l’ajout de 114 millions $ sur cinq ans, s’ajoutant aux 925 millions $ sur cinq ans annoncé l’année dernière. Finalement, le gouvernement fédéral ajoute 37,4 millions $ sur cinq ans aux conseils subventionnaires fédéraux afin que soit étendue la période visée par le congé parental pour les boursiers et boursières, passant de 6 mois à 12 mois.

La suite des autres articles, ci-dessous: